espérances de vie

Mes parents ont 75 ans.
Peu ou prou.
C’est écrit noir sur blanc sur l’acte de naissance que je me suis fait envoyer – pour ma carte d’identité à refaire.
J’aurais pu l’envoyer chercher par mon père, mais je sais que ça l’aurait miné, un peu. De voir ça écrit-tamponné-certifié par la République.
Mon père ne supporte pas de vieillir, mais mourir, je crois qu’il n’a pas encore vraiment compris le concept. Ma mère, elle, a toujours eu une conscience très aiguë, présente, enveloppante de la mort. Ma mère commence toujours sa lecture de Libération Champagne par la rubrique nécrologique. En tant qu’ancienne commerçante, ça lui permet d’avoir des nouvelles de sa clientèle, et surtout de constater chaque jour l’absolue irrationalité de la mort. Ma mère est de celles qui s’offusquent sur l’air de « quand même, tu te rends compte, 23 ans elle avait, une belle fille en pleine forme, et crac, en trois mois elle était morte », comme si c’était plus injuste qu’une centenaire qui s’endort et ne se réveille plus, comme si la justice avait quelque chose à voir là-dedans.
Je ne connais pas exactement l’espérance de vie des gens nés vers 1934, mais je crois bien que mes parents sont statistiquement morts.
Renseignements pris : c’est moins de 60 ans.
Des combattants les darons, mine de rien.
En même temps, par chez moi, si on trouve des parades à l’ennui et à l’alcool, on doit pouvoir vivre vieux, la preuve.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s